La laïcité : quelques notions de base

La laïcité est un sujet d’actualité; comprendre son sens et sa fonction dans notre société est devenu  un des éléments fondamentaux de la citoyenneté .
Comment un bénévole de Lire et Faire Lire peut-il parler de la Crèche, de  Noël ou de toute autre fête religieuse ?  Thèmes qui  marquent souvent  le rythme d’une année de lecture. Plus largement comment répondre aux situations où il est question de croyances ?


Neutralité, séparation de l’Église et de L’état, respect des croyances : des mots qui n’ont pas tout à fait le même sens mais que l’on retrouve dans la définition de la laïcité. Ils posent, sinon l’origine, pour le moins le but poursuivi par la laïcité. Une approche encyclopédique (voir plus bas) nous permet une première conclusion : la laïcité ne se décrète pas, elle se construit.

Alors, il faut rester factuel, faire une différence entre l’histoire (les faits) et la foi (les croyances). Notre rôle n’est pas de transformer nos séances de lectures en cours d’histoire des religions. Comme pour le choix des livres, nous devons aborder  avant tout avec des sujets sur lesquels nous nous sentons en capacité de discuter.
Pour nous aider, les dix messages clés de la Laïcité ( kit pédagogique du Commissariat Général à l’Egalité des Territoirs -CGET), sont autant de guides, pense-bêtes ou repères qui nous permettront de faire face aux situations auxquelles nous pouvons être confronté(e)s. Mettons l’accent sur deux d’entre eux :

principe N°5 :La laïcité est moins une valeur en elle-même qu’un principe juridico-politique au service des valeurs républicaines (Liberté, Égalité, Fraternité)

– principe N°6: La laïcité ne s’assimile pas l’athéisme. Elle n’est pas une croyance ou une option philosophique mais le principe qui rend possible la coexistence des croyances.
Pour découvrir l’intégralité des dix  principes cliquez sur ce lien : Laïcité Messages Clés
Pour consulter le site cliquez sur ce lien : CGET

Voici des définitions trouvées(recherches internet) dans différents dictionnaires, ou articles encyclopédiques:
– Le Larousse (en ligne) :
« Nom féminin.
Conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l’Église et de l’État et qui exclut les Églises de l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l’organisation de l’enseignement. (Le principe de la laïcité de l’État est posé par l’article 1er de la Constitution française de 1958.)
Caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes : La laïcité de l’enseignement. »

– Le Dictionnaire.com :
« Nom commun.
Caractère de neutralité religieuse, d’indépendance à l’égard de toutes Églises et confessions. Principe de séparation entre l’État et les institutions religieuses, l’État n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Églises aucun pouvoir politique. »Dictionnaire.tv5monde.com :
Nom féminin.
Caractère de ce qui est indépendant de l’Église, de la religion.

– Elix (en ligne – dictionnaire vivant en langue des signes) :
« Principe qui sépare la société civile des Églises, l’État n’exerçant aucun pouvoir religieux, et les Églises aucun pouvoir politique. »

– Wikipédia (Laïcité en général )
« La laïcité est le « principe de séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse » et « d’impartialité ou de neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses ». Le mot désigne par extension le caractère des « institutions, publiques ou privées, qui sont indépendantes du clergé et des églises ».La laïcité s’oppose à la reconnaissance d’une religion d’État. Toutefois, le principe de séparation entre l’État et les religions peut trouver des applications différentes selon les pays. »

– Wikipédia (Laïcité en France)
« La laïcité ne consiste pas à combattre les religions, mais à empêcher leur influence dans l’exercice du pouvoir politique et administratif, et à renvoyer parallèlement les idées spirituelles et philosophiques au domaine exclusif de la conscience individuelle et à la liberté d’opinion. Ce principe a modifié en profondeur la société française ; la transformation est toujours à l’œuvre aujourd’hui dans l’adaptation du droit et des institutions nationales aux évolutions de la société française.
Toutefois, l’existence dans la législation et dans le débat public d’une distinction entre « laïcité » et « neutralité », de même qu’entre « liberté de conscience » et « liberté d’opinion », démontre que la religion n’est réellement perçue et traitée ni comme un phénomène strictement privé ni comme un simple courant d’opinion parmi d’autres. La notion même de laïcité, telle qu’elle est comprise dans la société française, n’est donc pas dénuée d’ambiguïté.
Jusqu’au début du XX ème siècle, l’idée de laïcité représentait avant tout, en pratique, la volonté de réduire l’influence de l’Église catholique sur les institutions, cette influence étant identifiée comme une menace majeure pour les valeurs républicaines. Depuis, ces valeurs se sont trouvées confrontées à des doctrines radicales d’origines diverses et non liées au catholicisme traditionnel (idéologies totalitaires, phénomènes sectaires, fondamentalisme religieux), de sorte que la laïcité s’inscrit de nos jours dans une perspective beaucoup plus complexe. »

Enfin, l’organisation politique de notre pays, n’a pas toujours reposé sur le principe de la laïcité. Si depuis la révolution Française une tendance forte a vu le jour, cela a été plus fluctuant auparavant.
Quelques dates pour illustrer cette évolution :
-498 Baptême de Clovis, le christianisme devient la religion officielle de la Gaule.
-1309 Philippe Le Bel installe un pape en Avignon.
-1394 Les Juifs sont interdits de séjour au Royaume de France.
-1438 Charles VII abolit les liens qui unissent l’Église de France au Saint- Siège.
-1598 Henri IV met un terme aux guerres de religions en signant l’Édit de Nantes.
-1791 Proclamation de la liberté de culte; les registres civils sont retirés des églises.
-1801 Bonaparte signe un concordat avec le Pape : le catholicisme romain est reconnu comme religion majoritaire, mais plus comme religion d’État.
-1881-86 L’école devient gratuite en 1881, obligatoire de 6 à 13 ans en 1882; les programmes sont laïcisés en 1886.
-1905 Loi sur la séparation de l’Église et de l’État.
-1946 Depuis cette date, nos constitutions proclament la liberté de conscience comme un droit.
-1984 Grandes manifestations contre le projet de mise en place d’un système d’enseignement public unifié.
-2003 Interdiction de porter des signes religieux ostentatoires à l’école.

Pour plus d’informations cliquez sur ce lien : Histoire de la laïcité en France

L’équipe d’animation du Blog.

Sur le sujet lire aussi :Ici